Dimanche 30 novembre 2008 7 30 /11 /Nov /2008 15:02

Seasick Steve - I Started out with nothing and I still got most of it left

Seasick Steve -

I Started Out With Nothing And I Still Got Most Of It Left
(Warner 2008)

 

 

 

    Depuis quelque temps, le nom de Seasick Steve revient régulièrement dans la presse musicale spécialisée[1]. De sa vie, on a lu et entendu tout ce qu'il est possible d'imaginer sur un bluesman des années 1930 ; depuis sa vie de clochard (ou plutôt de hobo, le terme étant sans doute moins péjoratif) entrecoupée de petits boulots, de son mariage il y a vingt-sept ans et de ses cinquante-neuf déménagements depuis le début de sa vie de couple « that's me, being settled », « before, I never stuck around one place my whole life »[2]. De sa voix chaude et profonde, l'homme semble avoir des choses à dire ; et ceux qui veulent l'écouter sont les bienvenus.

 

    Certains ont comparé le succès soudain de Seasick Steve à un effet de bonne conscience des critiques musicaux : il est sûr que le fait de rencontrer à notre époque un musicien itinérant qui joue des ballades désabusées sur sa guitare a fait fantasmer plus d'un amateur de Blues. Baste, laissons là ce chapitre, je dirais certaines choses... Concentrons-nous plutôt sur ce qui nous intéresse vraiment : la musique enregistrée par Seasick Steve. En effet, Au-delà de ce décorum de façade, il faut écouter ce disque pour l'extraordinaire qualité des morceaux qu'il contient.

 

  Le premier élément marquant est sans conteste la voix de Seasick Steve : une voix basse, rocailleuse, qui peut se montrer âpre et tendue aussi bien que chaleureuse. Au fil de ce disque, sa voix s'impose comme une évidence (notamment sur les nombreux passages parlés), et rappelle souvent celles de Mark Lanegan et de Tom Waits. Refusant l'étiquette de bluesman - il préfère, le terme, moins restrictif, de storyteller, Seasick Steve fait preuve d'un talent certain dans les différents registres qu'il explore sur ce disque : « Walkin' Man », est une franche réussite. Dans cette ballade acoustique (qui confine à l'exercice de style), le guitariste/chanteur est tout simplement intouchable. Dans le style blues-rock (finalement assez proche des prodigieux Soledad Brothers), il se montre également à son avantage : « Thunderbird » est un morceau immédiat, qui devrait consoler un peu les admirateurs de l'ancien groupe de Johnny Walker.

 

    Que ce soit sur « Happy Man », une chanson aux accents gospel, ou sur « Prospect Lane », qui tend vers la country, Seasick Steve est aussi pertinent : la guitare mène clairement le rythme sur tous les morceaux, sans fioritures et efficacement. La plupart des morceaux du disque sont très bons, « Just like a King », co-écrit avec Nick Cave (et joué avec l'ensemble de Grinderman) est excellent, et « Thunderbird » possède à coup sûr la meilleure intro de l'année : « If you want to sing a song about drinking wine, you should drink some wine...» Sorti de l'anonymat par un hasard inexpliqué, Seasick Steve est un artiste à suivre, et I Started out with nothing (...) un des disques essentiels de l'année. 

 

 

 

 

Liste des chansons :

  1. I started out with nothing...*
  2. Walkin' man *
  3. Saint Louis Slim
  4. Happy Man *
  5. Prospect Lane
  6. Thunderbird *
  7. Fly by night
  8. Just like a King * (Seasick Steve/Nick Cave)
  9. One true
  10. Chiggers *
  11. My youth

 

 

Pour écouter Seasick Steve : www.myspace.com/seasicksteve

 

 


[1] Bon, pour être honnête, il faut reconnaître que le nom de Seasick Steve ne revient pas si fréquemment que cela... En Grande-Bretagne, il a connu un succès important à l'été 2008, et des critiques diverses sont parues dans la presse anglaise (élogieuse pour Mojo, incendiaire pour le NME).

[2] Interview accordée pour l'émission du Guardian, « Music Weekly », du 3 octobre 2008.

 

 

Par Rémi - Publié dans : US Garage & Indie Rock
Voir les 6 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Commentaires

C'est marrant de lire ça après ce qu'on pourrait appeler "l'affaire NME". 2/10 et un article d'une agressivité incroyable (où c'est vrai on ne parle absolument de musique), c'était presque marrant à suivre. En tout cas, entre ces deux articles, l'envie me prend de vouloir écouter ce qu'il en est.
Commentaire n°1 posté par sauberfan le 30/11/2008 à 23h14

L'article du NME est en effet édifiant (en voici le lien pour ceux que ça intéresse : http://www.nme.com/reviews/seasick-steve/9926). C'est la prose maligne d'un journaliste prétentieux et réactionnaire qui refuse de voir son mode de vie superficiel (musique 80s/vie nocturne/cocaine) mis en cause par un bluesman de 50 balais. Affligeant.

L'auteur, James McMahon ne parle jamais de l'album, qu'il n'a manifestement pas écouté. Au passage, il a récemment mis 8/10 au deuxième Subways (dont on n'a pas parlé ici par ce qu'on l'a trouvé franchement dispensable) et s'était fendu l'an dernier d'un long papier laudateur sur les misérables Twang (des sous-Happy Mondays). Say no more...

Réponse de Eric le 01/12/2008 à 18h13
Mdr, l'article d'NME! XD J'ai essayé d'écouter... moueh, pourquoi pas... Le journaliste est un peu dur, mais n'a pas complètement tort, sachant que ce n'est qu'opinion. Je vais aller m'écouter un peu de Joe Bonamassa pour oublier ça (Seasick Steve)... :P
Commentaire n°2 posté par mb le 01/12/2008 à 23h40
Ben franchement, j'ai trouvé ça plutôt bon, très loin de ce que je pouvais m'imaginer. Encore deux ou trois écoutes et je crois même que je vais vraiment accrocher.
Commentaire n°3 posté par sauberfan le 02/12/2008 à 18h29
Découvert sur TRACKS, j'avais bien aimé...
Mais depuis que mon guitariste s'y est mis, je découvre certaines subtilités du bonhomme..

J'ai jamais aimé le NME, alors bon, on m'en voudra pas de ne pas lire cet article...


Commentaire n°4 posté par -k- le 03/12/2008 à 13h37

je viens de le trouver dans un bac à soldes, me souvenant de l'article je l'ai acheté. :)

Commentaire n°5 posté par Frank le 31/05/2012 à 19h36

Bon je l'ai écouté. Très bon. merci de l'incitation à l'achat

Commentaire n°6 posté par Frank le 01/06/2012 à 14h31

Du même tonneau

  • GRAVY'S DROP - For The Love Of Gravy. Creedence Bubblegum Revival
    Gravys Drop - For The Love Of Gravy (Burger 2011) Avertissement : le disque que nous allons chroniquer n'est pas un grand album. Il ne changera pas la face de la pop music, il ne poussera pas des milliers de kids à acheter des guitares et des jeans slim, il ne contient aucun tube rock'n'roll immortel, il n'est même pas le meilleur qu'on ait entendu dans son...
  • COSMONAUTS - If You Wanna Die Then I Wanna Die. Into an other dimension
    Cosmonauts -   If You Wanna Die Then I Wanna Die (Burger Records ; 2012)          Nouvelle sortie d’un des groupes les plus excitants de sa génération, ce disque démarre sur des bases incroyables : l’enchaînement « Motorcycle #1 », « Please don’t make me blue » permet au groupe de...
  • CROCODILES - Endless Flowers. Voyage mouvementé
    Crocodiles - Endless Flowers (French Kissing 2012)           Un an après la sortie de Sleep Forever, un disque dont nous n’avions pas manqué de louer les mérites, les Américains de Crocodiles ont sorti cet Endless Flowers… Un an plus tard, il est enfin temps pour nous de rappeler les mérites...
  • CASTLE FACE & FRIENDS - The Velvet Underground & Nico.
    Castle Face & Friends  - The Velvet Underground & Nico (Castle Face Records 2012)       Fin 2012, quelques costumes de chez Universal ont décidé que l'excuse officielle afin de libérer une nouvelle fois les baby-boomers fortunés d'une centaine d'euros serait les 45 ans de la publication...
  • THE GROWLERS - Hung At Heart. De retour aux affaires…
    The Growlers   -     Hung At Heart (Everlasting 2013)     Avec environ une année de retard par rapport aux premières dates de sortie annoncées, The Growlers livrent enfin un nouvel album ! Pendant cette année, beaucoup de choses ont été écrites à propos des activités ce groupe...
  • THE BABIES - Our House on the Hill. Interrogations
    The Babies - Our House On The Hill (Woodsist 2013)       L’année dernière, la sortie du second LP des Babies est passée relativement inaperçue parmi les membres plus ou moins éminents de la rédaction PlanetGong, et cela de façon assez étonnante, puisque le premier album avait été salué par notre...
  • TY SEGALL - Twins. Nouvelle star
    Ty Segall – Twins (Drag City 2012)     Après des années à sortir des albums fantastiques et à sillonner les routes, Ty Segall a enfin rencontré la reconnaissance du public et des medias. C'est amplement mérité si vous voulez notre avis (et de toute façons même si vous n'en voulez pas on le donne quand même), on pourrait même...
  • TIMMY’S ORGANISM - Raw Sewage Roq. Who’s your idol ?
    Timmy's Organism - Raw Sewage Roq (InTheRed ; 2012)   C’est un fait depuis longtemps établi : chaque nouvelle sortie discographique de Tim Lampinen vient apporter un élément fabuleux à une œuvre monstrueuse et fascinante. Lampinen est le plus grand artiste rock’n’roll des quinze dernières années. Quel que soit le projet concerné...
Voir tous les articles de la catégorie "US Garage & Indie Rock"

En rotation lourde sur la platine

Brimstone Howl
Magic Hour

Avant de disparaître, le meilleur groupe a jamais être sorti du Nebraska avait enregistré en 2009 un album avec Jim Diamond. Un dernier sursaut héroïque qui est enfin publié en vinyle. Regrets éternels.

Recherche

Derniers articles

Annonces concerts

Toutes les annonces de concerts recommandés par PlanetGong sont
sur le forum

Flou RSS

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés