Mercredi 29 septembre 2010 3 29 /09 /Sep /2010 22:07

 The Hentchmen - The Hentchmen

The Hentchmen -

The Hentchmen

(Dirty Water ; 2010)

 

 

    Après bientôt vingt ans d’existence (le groupe a été fondé à Detroit en 1992), les Hentchmen ont sorti au milieu de l’été 2010 un nouvel album. Ce trio est un des groupes contemporains dont la discographie est la plus difficile à établir : entre sorties de singles, collaborations diverses et le nombre impressionnant d’apparitions sur des compilations (notamment l’indispensable Sympathetic Sounds of Detroit), le parcours des Hentchmen est difficile à suivre[1]. Cet album est le premier du groupe qui sorte sur Dirty Water (tous les précédents LP avaient été publiés par Norton Records), et sa pochette quadripartite correspond à un assemblage des pochettes des quatre singles issus de l’album (nous vous laissons libres de juger de la pertinence artistique de l’ensemble).

 

   A présent que la parenthèse SSM, le groupe parallèle de John Szymanski, semble être (définitivement ?) refermée, les Hentchmen sont de retour avec un regain d’enthousiasme, et une pertinence qui ne se dément pas. Le groupe livre des pistes rock sans fioritures (notamment « Messed up my brain » qui rappelle « Loose » des Stooges), des morceaux désinvoltes mais d’une grande richesse (« On my way home » ; « Claude’s Remains »), où les couplets sont ponctués d’un solo de farfisa ou de guitare souvent déroutant. The Hentchmen est un album remarquable pour la qualité de ses morceaux et pour la densité qui le caractérise : pas de mauvaise chanson sur ce disque, et une variété de styles importante, en restant toutefois dans la sphère musicale rock.

 

    Le groupe se permet d’insérer des ponts bruitistes assez surprenants dans certains de leurs morceaux (« Alladdin’s Castle », par exemple), de réaliser avec brio une reprise de Devo (« Bottled up ») et une autre d’une extraordinaire chanson rockabilly de Benny Joy « Wild Wild Lover », sur laquelle la rythmique donne toute sa mesure avant le solo de guitare qui fait exploser la chanson. Les passages boogie sont également nombreux dans l’album, parfois seulement pour un changement de rythme (sur le réjouissant « Worry Converter »), parfois pour l’ensemble du morceau (« Iron Pimp »). Autre élément curieux, le groupe reprend deux de ses propres compositions : « Old enough to drive » et la fantastique « Accusatory », chanson impeccable dont tous ceux qui l’ont entendue se souviendront longtemps, qui se voit dotée dans cette nouvelle version d’un changement de rythme à mi-parcours.

 

   La variété de styles de cette album ne doit pas faire oublier l’élément prédominant de leurs morceaux, la composante pop : depuis toujours, The Hentchmen sont un groupe qui veut faire danser son public. Le groupe sait qu’il ne deviendra jamais une tête d’affiche ; loin d’être abattu par ce fait, il continue à faire ce qu’il a toujours fait : du très bon rock’n’roll festif, peu soucieux des modes. En fin d’album, le groupe livre ainsi une ballade soignée, « Knockin’ at my door », sur lequel il récite ses classiques : une basse qui rebondit, un orgue parfait, un chant assuré à plusieurs… Le disque s’achève sur son plus long morceau, « No jukebox hits », qui s’autorise une incartade vis-à-vis du credo pop du groupe : après une intro boogie classique, la chanson s’aventure dans des styles plus expérimentaux, sans que la qualité du morceau en souffre. Ce nouveau disque apporte la confirmation qu’aujourd’hui comme hier, le monde a besoin des Hentchmen.

 

 

 


Liste des chansons :

 

1.     Messed up my brain

2.     Iron Pimp

3.     Claude’s remains

4.     Wild wild lover (Jenny Boy)

5.     Aladdin’s castle

6.     Worry converter

7.     Bottled up (Devo)

8.     On my way home

9.     Accusatory

10.  Old enough to drive

11.  Knockin at my door

12.  No juke box hits

 

The Hentchmen sur MySpace : www.myspace.com/thehentchmen

 

 

 

 

 

Vinyle :

 

The Hentchmen - The Hentchmen

 

 


[1] Heureusement, Internet est l’occasion pour les névropathes du monde entier de partager des informations indispensables. Ainsi, pour la discographie des Hentchmen, la page la plus complète et la plus précise semble être la suivante :

http://rateyourmusic.com/list/FrontRowDetroit/the_hentchmen___detroit___complete_discography

Par Rémi - Publié dans : US Garage & Indie Rock
Voir les 1 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Du même tonneau

  • GRAVY'S DROP - For The Love Of Gravy. Creedence Bubblegum Revival
    Gravys Drop - For The Love Of Gravy (Burger 2011) Avertissement : le disque que nous allons chroniquer n'est pas un grand album. Il ne changera pas la face de la pop music, il ne poussera pas des milliers de kids à acheter des guitares et des jeans slim, il ne contient aucun tube rock'n'roll immortel, il n'est même pas le meilleur qu'on ait entendu dans son...
  • COSMONAUTS - If You Wanna Die Then I Wanna Die. Into an other dimension
    Cosmonauts -   If You Wanna Die Then I Wanna Die (Burger Records ; 2012)          Nouvelle sortie d’un des groupes les plus excitants de sa génération, ce disque démarre sur des bases incroyables : l’enchaînement « Motorcycle #1 », « Please don’t make me blue » permet au groupe de...
  • CROCODILES - Endless Flowers. Voyage mouvementé
    Crocodiles - Endless Flowers (French Kissing 2012)           Un an après la sortie de Sleep Forever, un disque dont nous n’avions pas manqué de louer les mérites, les Américains de Crocodiles ont sorti cet Endless Flowers… Un an plus tard, il est enfin temps pour nous de rappeler les mérites...
  • CASTLE FACE & FRIENDS - The Velvet Underground & Nico.
    Castle Face & Friends  - The Velvet Underground & Nico (Castle Face Records 2012)       Fin 2012, quelques costumes de chez Universal ont décidé que l'excuse officielle afin de libérer une nouvelle fois les baby-boomers fortunés d'une centaine d'euros serait les 45 ans de la publication...
  • THE GROWLERS - Hung At Heart. De retour aux affaires…
    The Growlers   -     Hung At Heart (Everlasting 2013)     Avec environ une année de retard par rapport aux premières dates de sortie annoncées, The Growlers livrent enfin un nouvel album ! Pendant cette année, beaucoup de choses ont été écrites à propos des activités ce groupe...
  • THE BABIES - Our House on the Hill. Interrogations
    The Babies - Our House On The Hill (Woodsist 2013)       L’année dernière, la sortie du second LP des Babies est passée relativement inaperçue parmi les membres plus ou moins éminents de la rédaction PlanetGong, et cela de façon assez étonnante, puisque le premier album avait été salué par notre...
  • TY SEGALL - Twins. Nouvelle star
    Ty Segall – Twins (Drag City 2012)     Après des années à sortir des albums fantastiques et à sillonner les routes, Ty Segall a enfin rencontré la reconnaissance du public et des medias. C'est amplement mérité si vous voulez notre avis (et de toute façons même si vous n'en voulez pas on le donne quand même), on pourrait même...
  • TIMMY’S ORGANISM - Raw Sewage Roq. Who’s your idol ?
    Timmy's Organism - Raw Sewage Roq (InTheRed ; 2012)   C’est un fait depuis longtemps établi : chaque nouvelle sortie discographique de Tim Lampinen vient apporter un élément fabuleux à une œuvre monstrueuse et fascinante. Lampinen est le plus grand artiste rock’n’roll des quinze dernières années. Quel que soit le projet concerné...
Voir tous les articles de la catégorie "US Garage & Indie Rock"

En rotation lourde sur la platine

Brimstone Howl
Magic Hour

Avant de disparaître, le meilleur groupe a jamais être sorti du Nebraska avait enregistré en 2009 un album avec Jim Diamond. Un dernier sursaut héroïque qui est enfin publié en vinyle. Regrets éternels.

Recherche

Derniers articles

Annonces concerts

Toutes les annonces de concerts recommandés par PlanetGong sont
sur le forum

Flou RSS

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés